Chant d’Une Vie par Amoulaye

Image result for loin des siens

Trahison

 

Loin des siens, près des chemins,

Dans les buissons, dans les champignons,

Je faisais la moisson, je forçais mon moignon,

Le silence je  m’abstins, le bruit ; je l’ai craint.

 

Loin des siens, près des chemins

Contre vents et marées, il le fallait. Un retour les mains chargées.

Oubliant ma destinée, il fallait délivrer

Les siens de la faim.

 

Que Diable me voulait cet écho ? Il me fit perdre tous mes mots

Il frappa mon tympan, les chemins se dressèrent vers ces pauvres mourants

Face à ces tombeaux, mes yeux saignaient sans aucuns mots.

 

Je partis en courant, je revins en volant

Mais comme un ouragan, elle n’a pas été clémente,

Emporté ces pauvres roseaux ; dans mon dos, Je vous prie d’apaiser mes maux.

 

 

 

www.amoulayebouake.wordpress.comm

Amoulaye Carlos

Chant d’Une Vie par Amoulaye

 

Image result for chasseur de la vie

Chasseur Solitaire

 

Fils d’une vie d’apparat

Symbole d’une orpheline histoire

Pour réussir la mienne, j’ai dû

Attendre que les années se succèdent toutes nues

Que le ciel me lance des œillades.

 

Fruit d’une famille de notable

Symbole d’une couronne royale

Pour fonder la mienne, j’ai cru

En la pierre d’une vie détenue

En ses voiles  pour être à l’abri des vues lugubres

Et en tous ces falbalas d’autrefois.

 

Témoin d’un monde de peu de foi,

Symbole d’une fin de plusieurs siècles d’effroi

Pour changer le mien, il a fallu

Des plumes chenues,

Des chenues pleines de vertus sociales.

 

Amoulaye Carlos

Chant d’Une Vie par Amoulaye

Image result for malheureux

Feedback

Sur le dos, je porte le bonheur

Dans mes bras, J’allaite le malheur

Tel un descendant d’une vie morte.

 

Mon cœur est une jachère

Mon destin est enfermé dans une grotte

Telle une vie de caverne.

 

Chronologie des temps, pérennisation de mon état

Sans compromis, ma vie en péril

Acceptation de soi, consommation de foi

Telle une contrainte libératrice.

 

Si la vie était une montagne, j’habiterais une vallée

Pour que pleuve sur moi, son bonheur.

Si elle était une vallée, j’habiterais une montagne. Pour échapper

A la noyade due à son malheur.

 

Amoulaye Carlos

Chant d’Une Vie par Amoulaye

Résultat de recherche d'images pour "priere"

Nouvel espoir

 

Tout prend fin, là où le bonheur commence,

Commence l’amour, là où le malheur s’évapore,

S’évaporent les  larmes, là où l’on ne sent plus son corps,

Notre corps vit, là où l’âme est absente,

L’âme règne, là où séjour la mort.

 

Le bonheur n’est rien d’autre qu’un ange enchainé

Le malheur n’est qu’un opportuniste.

L’amour  n’est qu’un refuge égoïste,

Les larmes ne font que le louer

Le corps se présente que pour l’épanouir

Le silence le souffle pour l’effacer.

 

On ne peut que compter sur nos âmes

Face au mal, aux armes, au drame…

Elle résiste à tout, elle n’a point de sort

Amour, pleurs, bonheur, malheur, silence, mort.

 

Amoulaye Carlos