Extrait du recueil: Des Larmes rouges par Amoulayes.

BONHEUR CHOISI

Trop penser à ma marraine m’aguérrie,
Mais la vengeance m’ennuie,
J’aurais dû résister,
Oui résister à la barbarie de ma pensée.

Ces douleurs de jeunesse veulent assaillir ma vieillesse,
Je pris pour qu’elles n’infectent pas ma sagesse,
Cette forêt vierge qui est ma pensé,
Elle parle maints langages désespérés,

Je ne vois rien c’est vrai,
Je sais beaucoup c’est indiscutable,
Je dors peu, cest vrai !
Je rêve assez, c’est rentable !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s